Ce qu’il nous faut à nous, c’est l’étude sans trêve…

5

 

Ce qu’il nous faut à nous, c’est l’étude sans trêve,
C’est l’effort inouï, le combat non pareil,
C’est la nuit, l’âpre nuit du travail, d’où se lève
Lentement, lentement, l’œuvre, ainsi qu’un soleil.

– Epilogue – Verlaine

vous pourriez aussi aimer