Et quand s’offre à vos yeux un océan qui dort…

10

Amis,ne creusez pas vos chères rêveries ;
Ne fouillez pas le sol de vos plaines fleuries;
Et quand s’offre à vos yeux un océan qui dort,
Nagez à la surface ou jouez sur le bord;
Car la pensée est sombre ! une pente insensible
Va du monde réel à la sphère invisible;
La spirale est profonde et quand on y descend,
Sans cesse se prolonge et va s’élargissant,
Et pour avoir touché quelque énigme fatale,
De ce voyage obscur souvent on revient pâle !

Oh ! cette double mer du temps et de l’espace
Où le navire humain toujours passe et repasse.

 

Victor Hugo

La pente de la rêverie

vous pourriez aussi aimer
libero. felis adipiscing fringilla facilisis vulputate, venenatis, venenatis id