La ville, le soir et toi. Poème de Nâzim Hikmet

13

La ville, le soir et toi

Vous êtes toutes nues dans mes bras
la ville, la nuit et toi
votre clarté illumine mon visage
et puis le parfum de vos cheveux.
A qui ce cœur qui bat
au-dessus du murmure de nos souffles palpitants
est-ce ta voix, celle de la ville, celle de la nuit
ou bien la mienne?
Où finit la nuit, où commence la ville
Où finit la ville, où commences-tu toi
où est ma fin, où est mon commencement?

Nâzim Hikmet

vous pourriez aussi aimer
mattis accumsan Nullam elementum tristique Donec odio mi, Donec libero ut