les signes furent, depuis l’aube des temps, le langage des dieux.

15

A l’homme de profond désir,
Un signe a suffi,
et les signes furent,
depuis l’aube des temps,
le langage des dieux.

Friedrich Hölderlin 

vous pourriez aussi aimer
sed ut Curabitur non elit. id Aliquam pulvinar