Le XIX ème Siècle – Alphonse de Lamartine

Peut-être dans la foule, une âme que j'ignore Aurait compris mon âme, et m'aurait répondu !... La fleur tombe en livrant ses parfums au zéphire ; A la vie, au soleil, ce sont là ses adieux : Moi, je meurs; et mon âme, au moment qu'elle expire, S'exhale comme un son triste et mélodieux. Alphonse de Lamartine
Lire la suite...

Si votre vie quotidienne vous paraît pauvre,ne l’accusez pas; accusez-vous plutôt,dites-vous que vous n’êtes pas assez poètepour en convoquer les richesses.Pour celui qui crée, il n’y a pas, en effet, de pauvreté ni de lieu indigent, indifférent.

Si votre vie quotidienne vous paraît pauvre, ne l'accusez pas; accusez-vous plutôt, dites-vous que vous n'êtes pas assez poète pour en convoquer les richesses. Pour celui qui crée, il n'y a pas, en effet, de pauvreté ni de lieu indigent, indifférent. Rainer Maria Rilke
Lire la suite...
adipiscing vel, elit. justo lectus elit. quis tristique Sed in Curabitur